Les chiffres clés des avocats en 2020

Après une période de croissance ces dernières années, le marché du droit a été violemment interrompu par la crise sanitaire de 2020. De nombreux professionnels du secteur ont subi de fortes baisses de revenus et craignent une fermeture définitive de leur structure. Face à un ralentissement de l’activité, les métiers du juridique disposent toutefois d’outils numériques leur permettant de poursuivre leur exercice. Les avocats et les notaires voient leur profession se transformer et se digitaliser : de nouvelles méthodes de communication et d’actions sont désormais au cœur du métier.

Qu’il s’agisse d’étudier un dossier en télétravail, de communiquer avec leurs clients ou encore de rendre plus visible leur cabinet, le Web s’impose aujourd’hui aux avocats comme un véritable moyen de survie. Les outils numériques leur offrent ainsi la possibilité de moderniser leur activité, mais aussi d’être plus efficaces dans un marché hautement concurrentiel.

Découvrez dès maintenant les chiffres clés et les tendances liées au secteur juridique sur 2020 et ces dernières années.

 

État des lieux de la profession d’avocat en France

Autour de plusieurs spécialités, les avocats tiennent le rôle essentiel d’assurer la défense de leurs clients lors d’une procédure judiciaire, mais également d’apporter des conseils liés au droit. En septembre 2019, ils étaient près de 70 000 (69 900) à exercer cette profession en France.
Le métier a connu une évolution croissante ces dix dernières années :

  • 68 464 étaient en exercice au 1er janvier 2019 contre 66 598 au 1er janvier 2018, soit une augmentation de 2,8 % en un an ;
  • l’année 2012 marque la plus forte croissance annuelle avec 2 432 nouveaux acteurs sur le marché ;
  • entre 2009 et 2019, le nombre d’avocats passe de 50 314 à 68 464 augmentant considérablement de 36 % durant cette période ;
  • en moyenne, on compte un avocat pour 1 000 habitants sur l’ensemble du territoire français.

croissance demographique avocat

À partir de l’année 2009, le métier est exercé principalement par des femmes avec 50,5 % d’acteurs féminins, dépassant ainsi le nombre d’hommes. En 2019, la profession continue de se féminiser avec près de 56 % de femmes en exercice.
Le barreau de Paris regroupe à lui seul 42 % des effectifs.

Quant à la répartition des modes d’exercices, les salariés sont minoritaires avec seulement 4 % exerçant sous ce statut en 2019.

La majorité restante se répartit de manière assez équilibrée sous différents modes :

  • plus d’un tiers (36 %) exercent leur profession de manière indépendante ;
  • près de 30 % détiennent le titre d’associés au sein de leur cabinet ;
  • 29,5 % exercent en tant que collaborateur.

Le statut d’indépendant sort légèrement vainqueur de cette répartition et indique une volonté d’exercer le droit de manière autonome.

Les revenus des avocats varient selon l’expérience, la spécialité (droit des affaires, du travail, etc.) et le mode d’exercice. Du fait d’études plus longues, leurs revenus sont généralement plus élevés que la moyenne nationale :

  • en 2020, le salaire mensuel médian est estimé à 3 549 euros, soit 21,84 € par heure de travail ;
  • sur l’année 2018, le salaire annuel moyen se chiffrait à 77 468 € en 2018 tandis que le salaire annuel médian (plus proche de la réalité) était de 43 035 €, soit un écart de 45 % ;
  • en 2016, les revenus cumulés s’élevaient à 4,8 milliards d’euros, augmentant ainsi de 4,5 % par rapport à l’année 2015 ;
  • les revenus cumulés se sont chiffrés à 4,4 milliards d’euros en 2014 et ont progressé de 3,1 % par rapport à l’année 2013.

 

Une activité fortement impactée sur 2020

Tribunaux fermés, audiences suspendues, des affaires qui prennent un retard considérable : la crise du coronavirus a mis à mal l’ensemble du secteur juridique. Si les cabinets les plus prestigieux disposent d’assez de fonds pour faire face à cette crise, c’est loin d’être le cas des petites structures.
D’après le Figaro, ce sont près de 3 000 cabinets judiciaires qui sont menacés de disparaître à Paris, soit 30 % de ces structures. Et ce, uniquement sur la capitale…

Avec une perte de revenus allant jusqu’à 70 %, de nombreux cabinets éprouvent des difficultés à maintenir la tête hors de l’eau. En cause : un arrêt quasi total de l’activité durant la première période de confinement. Pour les cabinets disposant d’une trésorerie tendue, ces deux mois de ralentissement ont provoqué des pertes désastreuses sur leurs affaires.

Peu avant la crise du covid, le recrutement juridique avait connu une tendance favorable au développement de la profession.
Toutefois, l’embauche sur ce secteur a elle aussi été durement impactée sur la première moitié de 2020. En effet, la publication d’offres d’emplois a considérablement chuté au printemps.

Le mois de septembre annonce une reprise assez timide pour une rentrée : environ 2 300 offres ont été publiées ce mois-ci ; soit un tiers de moins qu’à la même période en 2019.
Sans surprise, l’année 2020 dans son ensemble affiche un triste constat pour le marché du droit.

Malgré cela, un confinement plus souple, des mesures gouvernementales plus adaptées ainsi qu’une plus grande efficacité en télétravail laissent à penser que le secteur juridique se relèvera bel et bien de cette crise.
Pour permettre un retour à une croissance rapide, les recruteurs devront se montrer agiles et s’adapter à une mutation forcée de la profession d’avocat.

 

Le Web et le Droit : de nouveaux horizons de communication et d’action

web droit avocat digital

La transformation du métier devient inévitable. Elle est fortement accélérée par les événements de 2020. D’après une étude publiée sur le site l’Usine digitale, près de 8 avocats sur 10 se montrent favorables à une évolution de la profession guidée par le numérique. En effet, la crise sanitaire risque d’impacter durablement l’exercice de la profession si des alternatives ne sont pas mises à l’œuvre.

Toujours selon cette étude :

  • 86 % des avocats désirent disposer d’outils numériques permettant des échanges avec les juridictions ;
  • ils sont également 71 % à vouloir gagner en visibilité et en notoriété sur le net grâce à ces outils ;
  • 69 % les utiliseraient pour la recherche d’informations, et 68 % pour communiquer avec des confrères ou des clients, notamment grâce aux mails, aux conférences vidéos et aux appels audios.

Quand bien même ces actions peuvent être effectuées à distance, elles ont toujours pour finalité d’exercer la profession dans un cadre sécurisé tant en gagnant en efficacité. Grâce au digital, cette modernisation est effectivement très profitable aux clients : les informations circulent plus rapidement et ceci permet de créer un environnement de confiance.

Avec cette évolution, le droit devient notamment plus accessible pour les clients et la mise en relation avec un avocat devient plus facile. Un site internet attractif par exemple incite davantage la clientèle à faire appel à des professionnels. De plus, une présence régulière sur les réseaux sociaux est un excellent moyen d’attirer de nouveaux prospects et de créer une relation de confiance avec eux.

L’objectif final consiste à être plus à l’écoute des clients, de les défendre et de leur apporter des conseils juridiques dans des délais plus rapides, voire de manière instantanée.
Bien que la pandémie du coronavirus ait fait connaître une année noire au secteur juridique, elle le contraint aussi à évoluer.

Cette digitalisation présente donc de belles opportunités d’évolution pour les professionnels du droit. Elle leur permettra, à terme, de retrouver le niveau d’activité d’avant-crise, et même très probablement de le dépasser.

 

Vous souhaitez donner les moyens à votre cabinet de gagner en visibilité grâce à une stratégie de communication efficace ? Notre agence Alioze est spécialisée pour les avocats et vous aidera à générer de nouveaux prospects.

 

Sources :

 

© Graphique « Croissance démographique » : Conseil National des Barreaux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous cherchez une agence de communication digitale ?  Contactez nous
Alioze